Nettoyants verts : Comment s’y retrouver?

Par Julie Genest | 23 mai 2017 | Un pas Vert le futur

Biodégradables, écologiques, biologiques, verts, écoresponsables… Plusieurs marques de détergents et autre produits d’entretien s’affichent comme étant respectueux de l’environnement et sans danger pour la santé ; mais le sont-ils vraiment ?

Alors que des fabricants réellement soucieux de l’innocuité de leurs produits font accréditer leurs formules par des organismes reconnus, d’autres créent des labels maison qui portent à confusion. C’est qu’au Canada, il n’y a aucune exigence réglementaire pour inventorier les ingrédients sur les étiquettes des produits nettoyants.

Selon le guide Faire le ménage chez soi, faire le ménage en soi de Dominique Loreau, publié aux éditions Marabout, il y a sept attributs à retrouver dans un produit pour qu’il soit réellement vert :

  1. Ses conditions d’utilisation sont écologiques. Par exemple : un savon qui est efficace à l’eau froide pour ne pas alourdir l’empreinte environnementale en chauffant l’eau pour l’utiliser.
  2. Il porte un sceau de certification indépendante comme Ecologo ou Design for the environment de l’EPA*
  3. Leur fabricant fournit des preuves qu’ils sont doux pour l’environnement ou sans danger pour la santé soit sur son site web ou sur celui d’un tiers indépendant.
  4. Ils peuvent se biodégrader en moins de 30 jours, foi de tierce partie.
  5. Leur contenant est recyclable et porte le code 01, 02 ou 03.
  6. L’emballage est réduit au minimum soit grâce à un produit concentré et à un emballage en gros. Si l’emballage est réutilisable, c’est encore mieux !
  7. Il est sans parfum donc dépourvu de phtalates qui posent un réel danger pour la santé.

*Attention toutefois : bon nombre de petites entreprises qui fabriquent ou distribuent de véritables produits verts n’ont tout simplement pas les moyens de se procurer le sceau d’un organisme reconnu. Si le produit répond à tous les autres critères, il constitue fort probablement un meilleur choix que les supposés produits verts des grandes multinationales.

Il faut donc se méfier des promesses, notamment de celles faites par de grandes marques qui dominent le marché depuis des décennies. En effet, leurs produits « verts » contiennent en moyenne huit contaminants ! Ne vous laissez donc pas berner par des affirmations du genre « votre choix écologique » qui ne sont pas confirmées par des organismes indépendants.

Ces pièges de marketing fonctionnent très bien, car bon nombre de consommateurs sont déchirés entre le souci écologique et l’efficacité reconnue d’un produit à détruire les germes, notamment dans la cuisine et la salle de bain.

Pas de panique : la biotechnologie a récemment fait d’incroyables percées grâce aux enzymes qui peuvent dégrader les protéines, les gras et les hydrates de carbone. Ainsi, en quelques minutes, la saleté domestique et industrielle se fait chimiquement détruire et ne devient qu’un souvenir une fois qu’on a essuyé la surface. En prime, les enzymes qui ont grugé la structure chimique des résidus se transforment en eau et en air, ne laissant aucune trace de leur passage.

La plupart des produits contenant des enzymes sont vendus dans des formules concentrées, ce qui diminue l’emballage et optimise le transport, deux facteurs qui pèsent lourd dans l’empreinte écologique. Quant à leur prix, il se compare avantageusement à celui des produits traditionnels lorsque l’on considère leur capacité de dilution.

L’action enzymatique est une excellente solution de rechange aux additifs chimiques artificiels qui, en plus de souvent endommager les surfaces, dégagent des composés organiques volatils (COV) toxiques et irritants.

Les statistiques et les études le confirment : nos produits nettoyants traditionnels dégagent des composés qui nous donnent des maux de tête et des nausées ou irritent dangereusement la peau quand ils ne nous envoient pas aux urgences ou en chimiothérapie.

L’organisme Option Consommateurs publie gratuitement sur son site internet le guide : Les produits d’entretien chimiques ne sont pas sans tache, lequel révèle clairement quels sont les produits d’entretien courants qui contiennent des composés toxiques comme le formaldéhyde, l’ammoniaque ou le benzène.

Les effets néfastes de ces composantes vont de la simple irritation jusqu’aux risques accrus de développer un cancer des voies respiratoires ou du sang (leucémie), en passant par les dommages au foie ou à l’appareil reproducteur, les nausées et les brûlures.

Bref, pour faire maison nette, mieux vaut bien lire les étiquettes ! Vous aurez compris que pour être verts et sans danger pour la santé, les produits doivent être sans parfum chimique et sans COV à tout le moins. Bien entendu, lorsque vous voyez l’un ou l’autre des pictogrammes ci-après sur l’emballage, posez-vous des questions ! 

Être maître de ses choix, c’est être maître de sa vie!
Julie Genest
PS : Ainsi, si vous avez des connaissances qui pourraient bénéficier de cet article, je vous invite à le leur partager! 

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Pour un avenir sain

Nous vous invitons à faire Un pas vert le futur en vous inscrivant à notre infolettre pour vous informer, avoir une meilleure vie et faire une grande différence!

Vous votre inscription à l'infolettre d'Un pas vert le futur est complétée !