Vous sentez-vous perdu face aux certifications?

Par Christine Fortin | 22 avril 2016 | Un pas Vert le futur


 

Vous sentez-vous perdu face aux certifications écologiques?

En allant à l’épicerie cette semaine, je me suis arrêtée par curiosité devant l’étalage des produits d’entretien ménager et j’ai pris le temps de regarder un peu les nouveaux produits.

Non pas pour les acheter mais pour voir ce qu’on offrait comme produits « verts ». Je me suis sentie quelque peu perdue lorsque j’ai réalisé le nombre de certifications différentes que l’on me présentait. Pourquoi autant de certifications? Comment fait-on pour se retrouver à travers cet éventail de possibilités?

Acheter une certification que l’on voudrait apposer sur un produit qu’une entreprise fabrique ici que ce soit au Québec ou au Canada coûtent très cher aux PME qui désirent apporter une différence dans le rôle qu’elles veulent jouer au niveau environnemental. Le processus visant à faire approuver un produit est souvent très long ce qui retarde la commercialisation du produit et fait perdre beaucoup d’argent aux entreprises.

La conséquence est qu’étant donné que la certification n’est pas obligatoire mais seulement bien vue, certaines entreprises se créent des certifications « maison » afin de faire bonne figure devant les consommateurs. Je tiens tout de même à faire une petite nuance ici. Présentant la lenteur du processus, une certification maison ne veut pas dire que le produit n’est pas bon mais questionnable en terme environnemental puisqu’elle n’a pas l’appuie d’un logo officiel du gouvernement.

Une première étude québécoise analysant les pratiques de marketing vert pour les produits d'entretien ménager sur le marché québécois a été crée et ce qui ressort du rapport de l'Observatoire de la consommation responsable fait état d'une quarantaine de certifications différentes identifiées et de sept types de mentions environnementales, alors qu'il existe seulement deux certifications officielles sur ce marché en Amérique du Nord. Cette étude avait pour objectif d’identifier les pratiques environnementales sur le marché des produits d’entretien ménager. Donc, seulement 12% des produits ont un écolabel officiel qui a été vérifié par une tierce partie indépendante. De quoi rendre un consommateur confus ma foi !

(Les cofondateurs de l'Observatoire de la consommation responsable, les professeurs Fabien Durif et Caroline Boivin, de la Faculté d'administration de l’Université de Sherbrooke)

Suivant le mouvement du « vert », bio et toutes ses affectations, les fabricants ont une mauvaise tendance à exagérer les attributs verts de leurs produits par une utilisation excessive d’écolabel ou de mention vert sur les emballages. Encore une fois ceci démontre réellement un problème dû au fait qu’un label officiel prend trop de temps et d’argent ayant comme résultat ce que l’on voit sur le marché.

Vous voulez un exemple concret de ce que je viens de vous expliquer ? Je vous en fais cadeau !

La compagnie SC Johnson qui fabrique par exemple le nettoyant à vitre le plus populaire de la planète, a décidé (par lui-même) de créer son propre label qui se nomme Liste Verte. À votre prochaine visite au supermarché je suis certaine que vous aller porter un petit coup d’œil. Que veux dire Liste Verte au juste ?

Certes, ils ont décidé de faire un effort du côté environnemental et j’applaudie chaudement l’initiative mais je n’ai pas aimé lire sur ledit site Internet et je vous le cite : " afin d’aider nos scientifiques à faire des choix qui protègent la planète et ses habitants tout en maintenant le rendement élevé de nos produits. "

Si je prends la bouteille de lave vitre et que je veux lire les ingrédients il faut avant tout que j’utilise le produit au moins de la moitié pour commencer à lire les fameux constituants. Pourquoi cacher des ingrédients s’ils sont sans danger pour ma famille ?

Apprenez comment faire un choix éclairé!

Personnellement, je ne veux pas acheter un produit qui est seulement bon pour l’environnement, puis un autre parce qu’il est sans danger, Je veux les deux dans la même bouteille !

Au Canada, nous avons l’Écologo qui est la seule certification officielle depuis sa création en 1988 et qui est reconnue internationalement. Dans le domaine des produits nettoyants, on retrouve aussi L’Écolabel européen et Design for the Environement (DFE) aux États-Unis encore une fois tous deux reconnus à l’international.

Vous avez sûrement entendu le nom d’Ecocert. Cet organisme Canadienne délivre la certification pour des produits issus de l’agriculture biologiques, les cosmétiques écologiques et bios ainsi que pour les textiles biologiques et équitables. Il y a aussi la certification d’Écocert  Écodétergent pour les produits à base de d’ingrédients biologiques dans les produits d’entretiens.

Conclusion

Soyons avisés dans nos choix de consommation et de ce que nous ne voulons plus avoir dans nos armoires de salles de bain. Tout comme l’alimentation, commençons à lire les étiquettes des produits. Nous en serons gagnants sur toute la ligne.

Être maître de ses choix, c’est être maître de sa vie!

Christine Fortin

PS : Pour recevoir à tous les deux semaines nos idées pour faire des choix éclairés en ce qui concerne l'entretien ménager , nous vous invitons à vous abonner à notre infolettre!

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Pour un avenir sain

Nous vous invitons à faire Un pas vert le futur en vous inscrivant à notre infolettre pour vous informer, avoir une meilleure vie et faire une grande différence!

Vous votre inscription à l'infolettre d'Un pas vert le futur est complétée !